A la demande quasi générale, je commencerai donc ce grand retour en fanfare par là donc. Hein? Quoi? Me dis pas que t'as pas compris de quoi je parle! Ah je vois, tu veux que je te fasse un dessin. Ouais, sauf que si des fois tu le savais pas, c'est pas un BD blog ici, et c'est pas parce que je dessine trop trop bien tu vois. Bon, d'accord, en photo alors.


Moi, c'est les yeux... Et la bouche aussi... Enfin tout quoi!

Oui, c'est l'un des hommes de ma vie... Ou pas. Enfin quand même, à lui seul il est un indice de l'endroit où je travaille. Elémentaire mon cher Watson. Mais si, cherche! A ton enquête Sherlock.

Oui, bon, bref, on disait quoi sinon? Ah oui, les hommes de ma vie. J'ai déjà mentionné qu'avec moi fallait s'habituer à la déception? Ben là, pour le coup, je vais pas te décevoir du coup. Enfin, si, mais non, enfin tu vois quoi. Je l'ai déjà mentionné aussi que je suis une fille compliquée? Sinon, ben voilà, c'est fait.

Donc, on se prépare à la déception, il n'y a pas d'hommes de ma vie. Ben quoi, qu'est-ce que tu croyais? Qu'en l'espace de six mois j'étais passée de célibataire nullipare et nulle en drague, à reine de la séduction qui enchaine les visites guidées de son lit avec de beaux Apollon? Ben non, j'ai peut-être pas beaucoup publié mais c'est toujours moi, j'ai pas changé. Et en plus, là où je travaille, ça manque un peu de testostérone voyez vous. Les livreurs ne font que passer et changent souvent.

Enfin, quand je dis qu'ils changent souvent, ça dépend. Les plus beaux et les plus sympas changent régulièrement. Mais alors celui qui est moche et désagréable, celui qu'on aimerait bien changer (je devrais pas dire ça peut-être, on sait ce qu'on perd, pas ce qu'on gagne), celui là, pas de problème, on nous le renvoie tout le temps. Comme on dit, c'est toujours les meilleurs qui s'en vont en premier.

En fait, les hommes de ma vie dans mon nouveau boulot, ils sont plutôt sur papier glacé. Et ça, le moins qu'on puisse dire c'est que ça réchauffe pas dans un lit.