Il y a quelques mois s'est ouvert près de chez moi ce truc aboslument génial qu'est le leclerc drive. Véritable révolution pour la working girl overbookée... Bon, d'accord, en ce moment, beaucoup moins. Mais il n'y a pas si longtemps, je te rappelles (ou je te le dis si des fois tu n'étais pas un lecteur de longue date), je cumulais deux boulots qui faisaient parfois que pendant une, deux ou trois semaines, j'avais en gros une soirée pour faire des courses et pas plus. Tu comprendras que dans ces moments là, quand tu peux échanger une heure de courses à tourner dans un grand magasin bondé (parce que bien sur ton jour "courses possible" tombe en plein samedi après-midi) contre un remplissage de caddie virtuel sur internet et un passage éclair au drive, pas de doute, on prend.

 

J'ai donc cédé à la facilité.

 

Oui, je suis faible.

 

Mais que veux-tu, moi, j'ai mieux à faire de mes samedis après-midi qu'aller prendre un bain de foule entre les pâtes et la mayonnaise. Déjà que je fuis les boîtes de nuit comme mon reflet dans le miroir un lendemain de nuit blanche, c'est pas pour aller jouer l'expérience dans un lieu où il vaut mieux, en plus, éviter de se trémousser si on ne veut pas passer pour une folle.

Et le pompon, depuis maintenant deux semaines, ma voiture est au garage. Donc, certes, j'ai tout mon temps pour aller faire mes courses mais y aller en bus, je n'avais pas fait ça depuis de longues années. Sans compter que je n'avais pas encore eu l'occasion de prendre le bus ici, tout court. Donc en quelques jours, il a fallut que je fasse redémarrer les muscles de mes pauvres jambes pour aller jusqu'à l'arrêt de bus, que j'étudie avec minutie les lignes de transports en commun, que je cale mon humble personne accompagnée du mythique "caddie de mamie" dans le véhicule...

Bref, une fois arrivée sur place, après un certain nombre de péripéties, plus ou moins rocambolesques, je me suis félicitée d'avoir, au préalable, passé ma commande et de n'avoir plus qu'à me diriger vers le drive. Passé la vanne pour le moins haute en couleurs du jeune homme qui s'est occupé de ma commande et a trouvé curieux que je sois là sans voiture, il ne me restait plus qu'à attrapper un nouveau bus pour rentrer chez moi.