Avertissement : Cet article est basé sur les images que l'on nous montre dans l'émission « l'amour est dans le pré ». Toutes mes critiques et plaisanteries ne sont donc pas pleinement objectives, le montage et le comportement des candidats face aux caméras faussant forcément la perception que l'on a des personnes présentes dans ce programme. Il ne faut donc pas prendre tout ça trop au sérieux. D'ailleurs, qui a cru, en venant lire mon blog, qu'il allait un jour lire quelque chose de sérieux ?
Enfin si, une petite chose sérieuse quand même avant que ça ne commence. Pendant qu'on se marre à les regarder chercher l'amour, nos agriculteurs (et pas seulement ceux de l'amour est dans le pré) sont en difficulté. Un printemps déjà très sec, un été qui s'annonce chaud et aussi sec. L'hiver s'annonce très difficile financièrement pour eux. Et si les prix augmentent au supermarché, ils ne seront pas les premiers à en profiter.

20h48 : C’est reparti pour un tour… L’intro, c’est bon, je la maîtrise à mort maintenant.

Amour dans le pré

20h53 : Quand elle énumère les noms, moi ça commence à me souler, heureusement, c’est pas trop souvent.

20h56 : Fabien est à l’écran depuis une minute, il a déjà soufflé trois fois sur sa mèche rebelle.

20h57 : Si c’est elle qui parle, Fabien, il est content, ça lui évite de devoir remplir.

20h58 : Six candidates choisies, seulement trois qui viennent, les trois autres elles sortaient d’où ? Ca y est, je sens la moutarde me monter au nez.

20h59 : Il me touche décidément beaucoup ce Jean-Michel, et au moins, celles qui sont venues sont peut-être sincères.

21h02 : Brune et soignée, sont les critères de Philippe, c’est clair sans être fermé.

21h05 : Sylvain veut tomber sur la bonne… Aïe, ça va faire mal ça.

21h06 : Chez les prétendantes, certaines se comportent un peu comme à un entretien d’embauche : on fait le tour de ses connaissances du métier d’agriculteur.

21h07 : Ah, Raymond. Un peu vieux pour moi, mais il me plaît bien cet homme là. Elégant, soigné sans trop… et un petit accent qui me plaît beaucoup. Je suis une fille qui aime les hommes à accent, c’est comme ça.

21h11 : Oui. Ouais. Non ? Si. Ouais. Oui. Sinon. La conversation du siècle avec Fabien.

21h12 : Raaaah, mais passe la derrière ton oreille cette mèche Fabien !

21h13 : C’est donc à ça qu’elle ressemble la fameuse Nathalie mousse au chocolat. Ca tombe bien, elle collectionne les chèvres, il est prêt à accueillir ses chèvre, elle est prête à garder ses vaches. Ces deux là pourraient bien s’entendre.

21h15 : Laisse moi deviner, c’est l’heure de la pub ? Gagné !

21h23 : Une rose jaune, moi je dirais qu’elle commence pas forcément très bien cette Nina. Mais elle croit au prince charmant, ça compense peut-être.

21h24 : Ca fait retomber en enfance de sortir du speed dating apparemment.

21h26 : Donc elle, je suis pas sure qu’elle ait tout compris, il a dit taille 42, je suis pas sure qu’elle rentre dedans, mais c’est tout à son honneur d’avoir tenté sa chance et puis pas sur qu’il ait bien le compas dans l’œil niveau tailles de pantalon le Sylvain, donc ça pourrait coller entre eux.

21h30 : Gâteaux faits maison… Mais quand comprendront-elles qu’ils ne sont pas à vendre tous ces agriculteurs ? On t’a dit qu’une boîte de chocolat ça ne te faisais pas sélectionner au stade des lettres.

21h31 : J’ai l’impression qu’on se connaît déjà depuis janvier. Heu, dis donc miss, je te signale que vous vous rencontrez pour la première fois, comment tu veux qu’il te connaisse déjà ?

21h33 : Y a pas eu des mélanges dans les lettres de Jean-Michel ? Comment ça se fait que ça soit celle là qui lui amène une mousse au chocolat alors que c’est l’autre qui en a parlé dans sa lettre ? Ca frise le louche là.

21h36 : Heu, je crois que Raymond il nous a fait une analyse graphologique des lettres qu’il a reçu. Du coup, bim, fallait écrire à la main si tu voulais pas te prendre une réflexion.

21h38 : Là, c’est mort pour le suspens, celle là, on le sait déjà qu’elle va à la ferme et qu’elle part avant la fin. Tout du moins, qu’elle menace de partir avant la fin.

21h40 : Et un nouveau tour d’énumération des noms, mais stop ! Jean-Michel va faire du mal à UNE femme et c’est déjà dur pour lui, qu’est-ce que ça aurait été s’il avait eu 10 prétendantes comme les autres ?

21h43 : Vu les regards, moi je pense qu’il va y avoir du rififi entre les prétendantes chez Philippe.

21h50 : C’est bon Fabien a rempli le bac à légumes… Heu, Fabien, t’es sûr de toi là ? c’est des légumes ça ?

21h52 : Ah au moins une qui a conscience qu’elle et Fabien ne se connaissent pas encore, ça fait du bien, c’est rafraichissant.

21h54 : Jean-Michel il dit bon appétit à ses vaches, c’est t’y pas mimi ça ? Et des fleurs pour ses deux prétendantes, s’il n’est pas le premier à le faire, ça respires la sincérité chez lui.

21h56 : Jean-Michel va emmener ses prétendantes dans le château de la Belle au bois dormant, mais avant ça il emmène sa première prétendante dans un petit restaurant sans prétention.

22h01 : Je viens de réaliser que le lot, c’est pas loin de Brive la Gaillarde donc. Qui a dit que j’étais nulle en géographie ? Ah oui, moi, le jour où j’avais réalisé que dire « je sais pas du tout où c’est la Charente-Maritime » à un jeune homme bien fait de sa personne et venant de là bas pourrait passer pour un mensonge le jour où j’aurais dit que j’avais passé une bonne partie de mes vacances d’été à l’île d’Aix étant petite.


En Charente-Maritime donc. Si, si.

22h05 : Arf, c’était le cadeau surprise la maman de Sylvain ? Je me souvenais pas qu’ils en avaient parlé dans son portrait.

22h08 : Les rencontres avec Pauline, c’est détendu… Au début. Jusqu’à l’annonce de la soirée avec 150 personnes le lendemain soir.

22h12 : Le menu made in Fabien, ça vaut presque le menu made in Mathieu dis donc… Bon, faut aimer le fromage quoi, ou le pain.

22h15 : Karine me le confirme, ces deux là ne sont pas faites pour s’entendre.

22h21 : Mais elle a rien écouté, il aime faire la vaisselle Jean-Michel, y a pas besoin de la faire pour lui, la cuisine ça suffira.

22h23 : Ca n’a rien à voir mais C’EST QUAND QU’IL SE MET A FAIRE MOINS CHAUD ?

22h25 : Non mais ça va hein ! C’est pas parce qu’on n’a eu aucune aventures à 37 27 ans qu’on est foutue. Faut pas pousser mademoiselle !

22h26 : Chez Raymond, ça devrait bien se passer, elles se sont bien entendues à Paris. Dixit la première prétendante en tout cas.

22h27 : Si les prétendantes ne trouvent pas l’amour dans le pré, certaines l’auront peut-être rencontré dans le train, c’est truffé de gentils messieurs qui aident à porter des valises.

22h31 : Voilà, c’est fini. La semaine prochaine, pas de minute par minute, mais pas de panique, un débriefing le mardi. Moi je travaille lundi soir, mon magnétoscope aussi et on se retrouve le lendemain.