Oui, ben c'est pas sa faute si ses parents lui ont donné un prénom pourri quand même. Les miens m'ont bien appellée Babeth. Ben voilà, chacun sa croix comme il disait l'autre. Ben nous la notre, c'est nos prénoms.

Non, ben sinon, en vrai, il s'appelle pas Tanguy hein. Remarque, en vrai, je m'appelle pas Babeth du tout non plus en fait, mais bon, ça c'est une autre histoire.

Donc, en vrai, son prénom c'est pas Tanguy, mais bon, quoi zut, essaie de faire un effort pour comprendre de quoi je parles aussi. Donc, comme je le disais dans un commentaire sur un précédent article, mon Blondinet vit encore chez ses parents.

Oui, je sais, à presque trente ans, ça commence à faire longuet. En même temps, y a pas si longtemps que ça, moi aussi j'habitais chez Maman. Mais moi d'abord, c'pas pareil. Déjà, je suis plus jeune, non mais. Et plus petite aussi... je crois.

Je vous le dis moi, cette histoire, ça commençais mal dès le départ. Etre fiancée à quelqu'un qu'on ne connais pas, c'est quand même pas terrible comme début. Rencontrer le promis avec pas moins de cinq chaperons, on est bien d'accord que c'est pas terrible non plus pour vraiment faire connaissance. Et je te parles même pas du fait qu'une heure de route nous sépare et que j'ai pas souvent l'occasion de me rapprocher un peu. Tu en déduis qu'en fait, je le connais pas du tout mon Tanguy.

M'enfin, à la fin, je sais au moins une chose, c'est que ce grand garçon vit encore chez ses parents. C'est mauvais signe tu crois?