Je ne suis pas devin et pourtant, je savais précisément comment ce rendez-vous allait tourner avant même d'avoir mis les pieds sur le parvis de l'ANPE.

J'avais rendez-vous à 15h40. A 15h30 (bon d'accord pas loin de 15h35, pas facile de se garer en centre ville), j'entrais donc à l'ANPE. Une fois passée par l'accueil, avoir donné ma convocation, agraffée à mon dossier "préparer votre entretien" lui même contenant mon CV, je fus envoyée dans la salle d'attente.

Jusque là, tout se passe bien.

J'attend donc dans la salle d'attente... Enfin salle d'attente c'est façon de dire parce que dans les faits c'est juste trois chaises, déjà occupées, posées en plein milieu du hall d'entrée, bien face à la porte d'entrée histoire que tu puisse transformer ton début de chômage en bonne grippe.
Un bon quart d'heure plus tard, ma nouvelle conseillère (pas pour longtemps!) vient me chercher et nous allons dans son bureau. Bureau c'est toujours une façon de parler. C'est un bureau dans le sens où c'est une grande table mais il est plutôt posé au milieu d'un espace avec d'autres bureaux vaguement séparés par des bouts de cloisons en plastique blanc transparent.

Et c'est là que les ennuis commencent. Déjà la première question qu'elle me pose c'est "vous avez un CV?" alors que ça fait bien 10 minutes qu'elle a mon dossier entre les mains et que si vous avez suivi, mon CV était glissé dedans. Ce qui prouve déjà qu'elle a pris le temps de le regarder, même vite fait, ce dossier.

Elle commence alors à remplir mon dossier (déjà plus ou moins prérempli puisque je n'en suis pas à ma première inscription comme demandeur d'emploi). Visiblement, elle n'a toujours pas lu mon CV (poser un oeil dessus pour regarder la présentation, ça compte pas comme lu) puisqu'elle me demande en gros quel est mon métier et qu'elle finit par le lire quand je lui répond que je n'en ai pas vraiment, ayant fait des études universitaires qui donnent un diplôme mais pas un métier du tout. Joli regard dédaigneux sur mon parcours universitaire d'ailleurs et question "mais qu'est-ce qui vous a pris de faire ça?".

Ben... j'avais envie de perdre mon temps, je me suis dit que c'était le mieux à faire. J'ai pas bon?

Sérieux si quelqu'un m'avait dit avant que je commence que ça servait à rien de faire une licence arts du spectacle, et surtout si mon père était pas si convaincu qu'on ne réussi dans la vie que si on a fait des études universitaires (ce qui prouve que mon père sait bien comment le monde marche!), j'aurais sûrement pas fait ça.
Enfin ceci dit, si on m'avait écouté, j'aurais même pas passé le bac moi, vu qu'en classe je me faisait ch... et que je le savais depuis le collège que le métier que je voulais faire c'était comédienne et que pour ce métier là, bac ou pas bac, tout le monde s'en tape en fait.

Bon avec tout ça, elle est toujours perplexe devant mon CV à me demander quel métier mettre dans son formulaire parce qu'elle est obligée d'en mettre au moins un pour pouvoir continuer à remplir le reste de son dossier. Enfin, mon dossier bien sur. J'ai failli lui dire qu'elle avait qu'à mettre n'importe quoi vu que de toute façon moi je suis pas trop regardante (je viens de bosser 10 mois en usine pour payer le loyer, pas grave si c'est pas dans mon domaine), je me suis retenue, je l'ai laissée bien regarder mon CV. Avec le mal queje me suis donné à le faire, j'avais l'intention de bien lui laisser le temps de le lire bordel.

Pardon, je m'emporte. Non, juré, je vais me calmer.

On a fini par tomber d'accord sur "opératrice de saisie" puisque c'est le boulot que j'ai exercé le plus longtemps dans ma vie. Elle a commencé à chercher un moyen de se débarasser de mon dossier encombrant.

"Vous allez bientôt avoir 24 ans..." (ah bon? il faut avoir quoi comme diplôme pour bosser à l'ANPE? parce que si c'est un métier qui consiste à regarder de travers des gens trop diplômés alors qu'on sait même pas compter, moi je veux bien le faire) "Ah non, pardon 25". Avec une sorte de souffle l'air de dire "vous vous faite vieille quand même" et puis surtout avec en tête "ouf, j'l'ai échappé belle, un peu plus et j'étais obligée de m'en occuper".

Enfin bref, abrégeons, abrégeons. Tout ça pour dire qu'elle a décidé de me faire faire mon suivi à la mission locale pour les jeunes. Oui, n'en déplaise à ceux qui pensaient que j'étais vieille, je suis encore jeune. J'ai encore droit au compte jeunes à la banque, je pourrais encore avoir droit à la carte 12-25 ans de la SNCF si je prenais régulièrement le train et je peux encore perdre mon temps à avoir DEUX rendez-vous de suite pour "remplir mon dossier" parce que l'ANPE me transfère sur la mission locale et qu'ils ne se transmettent pas le dossier de l'un à l'autre.

Je vais donc être prochainement convoquée à la mission locale pour, je cite ma conseillère ANPE :
BATIR UN PROJET PROFESSIONNEL REALISTE ET REALISABLE